François Purseigle

Sociologie des mondes agricoles

Les territoires saisis par la firme

Tel est le titre de mon article introductif co-signé avec Gérard Chouquer dans le numéro 191 de la revue Etudes rurales consacré aux agricultures de firme.

Poursuivant l’analyse des agricultures de firme amorcée dans le numéro précédent, ce second volet s’interroge sur les conséquences géographiques de ces nouveaux modes de production.

Les auteurs des contributions rassemblées ici constatent que les entreprises n’ont plus de contact direct avec les territoires qu’elles exploitent, et qu’à l’échelle de la planète c’est la délocalisation qui constitue désormais le cadre général de l’agriculture. Dans les espaces investis par la spéculation et la production, les populations sont parfois déplacées et souvent condamnées à vivre dans des interstices. Dans ces fronts agro-industriels d’un genrenouveau, on voit même apparaître des espaces désertés et totalement dépourvus d’habitat.

Toutefois, les dynamiques sociofoncières sont toujours plus complexes qu’il n’y paraît, et l’implantation de firmes nationales ou étrangères dans le tissu social local peut avoir des répercussions inattendues qui, dans certains cas, peuvent être positives.

Agricultures de firme_Etudesrurales191_Volume2

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>