François Purseigle

Sociologie des mondes agricoles

rencontres franco-américaines de sociologie rurale

French-American  Rural Sociology Meeting

« France-USA, des mondes agricoles en dialogue »,

Institut National Polytechnique de Toulouse-ENSAT-UMR Dynamiques rurales

26, 27, 28 mai 2008

France – Etats-Unis : des mondes  agricoles en mutation

France – United States : The changing worlds of farming under scrutiny

Ce projet part d’un premier constat. Français ou américains, les agriculteurs sont en quête de nouveaux modèles de production. D’un côté et de l’autre de l’Atlantique, les mondes agricoles sont confrontés aux risques et aux opportunités  d’un marché mondialisé. Au même moment, de la Gascogne au Midwest, les agriculteurs multiplient des initiatives, souvent locales et de natures différentes, participant d’un réancrage territorial et d’une réappropriation du marché. Française ou américaine, l’agriculture est confrontée à des mutations interrogeant les relations qu’elle entretient avec le reste de la société, mais aussi avec les femmes et les hommes qui la font. Face aux nouveaux enjeux environnementaux et alimentaires, les agriculteurs sont en passe de renégocier les termes de leurs positions sociales.

Parallèlement, nous sommes entrés dans une période où émerge une multitude d’entreprises agricoles définies par la fluidité des métiers et la mixité des statuts. En ce sens, les secteurs agricoles américains et français apparaissent comme des laboratoires où naissent des formes innovantes de travail, et où s’élaborent de nouveaux statuts sociaux et professionnels selon des modalités inédites. Français ou américains, les défis à relever pour les agriculteurs et leurs organisations coopératives, mutualistes et syndicales sont tout à la fois technologiques, économiques et humains !

We begin this meeting with a key observation  : French or American, farmers today are searching for new production models. On both sides of the Atlantic ocean, farmers are facing new risks and new opportunities due to globalization.  From the French Gascogne region to the Midwestern United States,  farmers are developing diverse and innovative initiatives.  Because many of these initiatives are local, farmers are participating directly in the development of their territory and in the growth of their markets. In France as well as in the United States, agriculture is facing changes that question its relationships not only with the rest of the society, but also with the men and women involved in farming today.  Confronted with new environmental and food issues, farmers are engaged in renegociating the terms of their position in society.

In parallel, many agricultural enterprises are emerging characterized by a mix of competencies and of statuses. That is why the American and French agricultural sectors may be considered as laboratories where innovative forms of labor as well as social and professional statuses are taking form. . In both countries  farmers and their cooperative organizations and unions need to meet major technological, economic and human challenges.

La sociologie rurale : nouveaux enjeux, nouveaux objets, nouveaux dialogues scientifiques

Rural Sociology : new challenges , new research objects, new scientific dialogues

Un deuxième constat s’articulant au premier vient expliquer ce projet. Dès ses débuts, la sociologie rurale hexagonale a été influencée par la sociologie américaine.  Nombre d’écrits fondateurs de la sociologie rurale française ont pour trait commun les démarches fonctionnalistes et culturalistes empruntées à la sociologie américaine et à la tradition de la folk-society.

S’inspirant des cadres d’analyse développés par leurs collègues américains, de nombreux sociologues ruraux français ont été soucieux de comprendre les conséquences de la modernisation de l’agriculture en étudiant la pénétration des innovations au sein des sociétés paysannes et les formes manifestes de résistance  de la « culture villageoise » aux changements. Aujourd’hui, alors que les mondes ruraux et agricoles sont traversés par de nouveaux enjeux, quels peuvent être les apports des écoles françaises et américaines de sociologie rurale à la compréhension des transformations à l’œuvre ? La question agricole  est-elle posée de la même façon  dans les deux pays? Les mutations affectant les campagnes américaines et françaises peuvent-elles être lues selon les mêmes grilles d’analyse ? Les questionnements scientifiques sont-ils les mêmes ? Partageons nous des objets de recherche ? Dans l’avenir, pouvons-nous envisager de travailler en commun sur certaines pistes et projets spécifiques ?

A second observation is linked to the first : At its origin, French rural sociology was significantly influenced by American sociology. Many of the early publications in French rural sociology borrowed from the American functional and cultural schools and from the American folk-society tradition.  Inspired by conceptual frameworks developed by their American colleagues, many French rural sociologists analyzed the impact of modernization on the agricultural sectors by studying the diffusion of innovations in peasant societies and the development of peasant forms of resistance to change. At the same time the rural sociologists in the French school were developing their own unique approaches to studying rural and farming issues. Today, what can the different French and American schools of thought in rural sociology bring to the understanding of the current issues  facing the worlds of farming? What can we learn from each other? Are the agricultural issues viewed the same way in both countries ? If not, what are the essential differences? Can changes in rural American and in French areas be studied using the same conceptual frameworks ? Are there similaries in our methodologies and approaches to scientific investigation?.Do we share the same research objects ? Are there ways  we might work together and develop joint research projects in the future ?

Sud-Ouest : terres d’échanges

The South-West of France : a place for sharing ideas

Pourquoi choisir Toulouse comme lieu d’échange ? Parce que la sociologie rurale et le Sud-Ouest ont une histoire commune. Qu’il s’agisse des travaux d’Henri Mendras sur l’introduction du maïs hybride, de Pierre Bourdieu sur les héritages et le célibat paysan ou ceux d’Henri Lefevre sur la vallée de Campan, tous ont eu pour cadre le Sud-Ouest de la France. Une région choisie également par Henri Mendras comme terrain de la première monographie comparée entre le village aveyronnais de Novis et la communauté mormone de Virgin dans l’Utah. Les organisations professionnelles du sud-ouest, et notamment les maïsiculteurs ont eu très tôt le souci de construire des échanges avec leurs homologues américains.

Why set our meeting in Toulouse ? Because Rural Sociology and the South-West region of France share a common story.  The studies of Henri Mendras on the introduction of hybrid corn, of Pierre Bourdieu on peasant inheritance and on single farmers, and  of Henri Lefèvre on the Campan Valley… all these took place in the South-West region of France . It is also the region chosen by Henri Mendras for the first comparative case study between the Aveyronnais village of Novis and the Mormon community of Virgin in Utah.  In addition, the professional agricultural organizations in the South-West region, and in particular the corn producers, have been involved in  productive exchanges with their American colleagues  for a long time.

afficheA3

Programme rencontres franco-américaines de sociologie rurale Extérieur

Programme rencontres franco-américaines de sociologie rurale Intérieure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>